Les citoyens acteurs de leur mobilité

Les citoyens acteurs de leur mobilité - Atelier PINS

La Fondation Internet Nouvelle Génération organisait son troisième atelier de co-construction de la Plateforme d’Innovation Numérique et Sociale à la Cyberbase de Cenon. Immersion…

Revenons un peu en arrière… Depuis plus d’un an, le GPV Rive Droite, en collaboration avec des universitaires et des spécialistes du Web citoyen, travaille au cahier des charges d’une Plateforme d’Innovation Numérique et Sociale (PINS) qui permettrait aux habitants d’un territoire de disposer d’un réseau de services destiné à faciliter leur vie quotidienne : réseau social en ligne, système de partage et d’échange de services (je te prête ma poussette, tu viens m’aider à repeindre mes placards), outils d’informations administratives, banque d’images, … les pistes sont nombreuses. Pour s’y retrouver un peu dans cette offre de service, quoi de mieux que de construire cette plateforme en collaboration avec les citoyens du territoire même auquel elle est destinée ? C’est la raison d’être des ateliers de co-construction organisés chaque mois sur la Rive Droite par la FING (Fondation Internet Nouvelle Génération) qui dirige ce projet.

Cette semaine, donc, la mobilité était au menu. Mobilité des habitants, mobilité des objets, mobilité des services, tous ces thèmes ont été déclinés en mini ateliers par les participants. A coups de post-it, de feutres de couleurs et de feuilles de papier blanc, nous avons ensemble tenté de dessiner ce que pour nous représentait une offre de services facilitant nos mobilités. La mise en commun de ressources de transport : co-voiturage, minibus pour emmener les enfants au sport le mercredi, service de livraison des courses à domicile, pedibus, transports doux, pistes cyclables, etc a évidement été au cœur du débat. La circulation automobile étant ce qu’elle est aujourd’hui, il est évident qu’il s’agit là d’un des problèmes majeurs des habitants.

Mais les autres domaines n’ont pas été oubliées : les personnes à mobilité réduite, les seniors, les enfants ont eux aussi bénéficié de l’intérêt des participants. Les objets et les marchandises ont aussi fait l’objet de nombreuses interventions. A côté de la facilitation des déplacements, il fut aussi question des services de proximité, bien souvent absents des quartiers pour des raisons de rentabilité ou de contraintes administratives.

De tout cela, il est ressorti plusieurs choses pas si étonnantes qu’il n’y pourrait paraître : la mobilité, c’est d’abord local. Ramener des meubles d’un grand magasin de la périphérie bordelaise, amener ses enfants au club sportif le mercredi , aider la mamie d’à côté à se rendre à la mairie ou à la sécu… La mobilité, ce sont aussi des services qui pourraient être « virtualisés » ou mis en ligne afin d’éviter des déplacements inutiles. La mobilité, c’est enfin du lien social, des rencontres, de la confiance partagée entre habitants, entrepreneurs, artisans d’un même territoire.

Riche de ces enseignements du jour, la FING, de retour dans ses bureaux parisiens, produira un compte rendu plus détaillé et professionnel que celui-ci (ce sont eux, les maîtres d’œuvre) destiné à alimenter le futur cahier des charges qui devrait voir le jour à la fin de l’année. Ce compte rendu, comme les précédents, sera disponible sur le blog des ateliers de la PINS.

C’est quand même fou la quantité de choses que l’on peut imaginer avec des feutres et du papier et un peu d’enthousiasme !

Le prochain atelier aura lieu en septembre et aura pour thème l’entreprise, l’emploi et l’insertion. La date reste à préciser alors restez connectés !

Voir toutes les actus