Renaud Borderie, la Rive Droite en scène

Auteur dramatique, metteur en scène, visiteur infatigable des curiosités lormontaises, Renaud Borderie méritait un portrait. Le voici…

C’était hier soir, dans un théâtre Molière bondé, que se donnait pour la première fois une représentation d’extraits de Flappers jouée par Sophie Robin et Antoine Régent, deux membres du collectif lormontais Jesuisnoirdemonde. Flappers est un texte écrit par Renaud Borderie, auteur, comédien, metteur en scène dont nous voudrions ici faire le portrait.

Il y a dix jours de cela, dans un théâtre Molière, déserté cette fois, qui accueillait Jesuisnoirdemonde pour une résidence de deux semaines, Renaud Borderie nous recevait alors que débutait à peine le travail de mise en scène de son texte. Ce tout jeune quadra, malicieux et discret, assistait en spectateur à la création de son texte. Entre deux réglages et des enregistrements de bruits d’ambiance destinés à constituer la bande-son de la pièce, il nous recevait dans les loges.

Renaud Borderie a donc quarante ans, il vit à Ambarès-et-Lagrave et s’active sur la Rive Droite depuis maintenant dix ans en menant différentes expériences théâtrales et littéraires.

La scène

La rencontre avec Lormont s’est faite par l’entremise de Serge Korjanevski, aujourd’hui directeur de l’espace culturel du Bois Fleuri qui recherchait un animateur pour des ateliers théâtre laissés en jachère. Renaud Borderie, qui venait d’abandonner une carrière universitaire pour se consacrer à ses passions théâtrales et littéraires, a donc repris le flambeau. Dans la foulée, il accompagne la création de Cité’s compagnie, compagnie amateur de haute volée dont la troupe – à géométrie variable – écrit la plupart des spectacles dont les désormais célèbre Le Jeu de l’amour et du hasard, et du couscous.

La ville

Lormont est aussi le théâtre (!) d’une rencontre décisive, celle de Sandrine Salier, animatrice de Patrimoine en scène, qui organisera de longues années durant le volet lormontais des Nuits du Patrimoine. Le duo nouvellement constitué va créer là des liens avec les acteurs locaux qui se resserreront au fil du temps. Et voilà notre « théâtreux » et sa complice historienne arpentant les rues lormontaises, de la vieille ville aux cités en passant par les friches industrielles, pour y capter l’essence de la Rive Droite, rencontrer ses habitants et recueillir leurs petites histoires qui se mêleront à la grande en de mémorables spectacles en extérieur.

De cette travail patrimonial est né un livre appelé à devenir l’indispensable viatique du promeneur des coteaux dans leur partie lormontaise : Carnets de voyages à Lormont, où Sandrine Salier et Renaud Borderie sont rejoints par Jean-Claude Margueritte (que les fidèles de ce blog connaissent bien puisqu’il est l’un des héros de l’épisode Parc des coteaux de notre série Rendez-Vous Rive Droite), l’urbaniste nous faisant ici profiter de sa connaissance de l’histoire récente de la ville et des transformations qu’elle a connues.

En cinq grandes balades pédestres, le trio d’écrivains nous fait parcourir le vieux bourg, la cité Carriet, Génicart, les hauts de Lormont ou les parcs, dressant ainsi un portrait amoureux de Lormont et de ses habitants rencontrés au hasard des déambulations. Souhaitons d’ailleurs que ce livre soit le prototype d’une série conviant à la découverte de tous ces beaux lieux peu connus de l’agglo bordelaise…

L’écriture

Présente tout au long de son parcours, qu’il soit étudiant ou professionnel, l’écriture a récemment repris sa place au premier plan des occupations de Renaud Borderie. Flappers, la pièce qu’il vient d’écrire et sur la mise en scène de laquelle travaille en ce moment Sophie Robin, sa complice dans l’aventure Jesuisnoirdemonde, a bénéficié du soutien de l’association Beaumarchais SACD et de l’OARA qui a également accueilli la troupe en résidence. La pièce met en scène Zelda Fitzgerald au cours d’un épisode particulièrement obscur de sa brève existence puisque nous la découvrons internée en « maison de repos » après un nouvel épisode psychotique. Son mari, le célèbre écrivain Francis Scott Fitzgerald lui rend visite après qu’il a été averti, visiblement par le médecin de son épouse, que celle-ci avait écrit un roman. L’époux est-il jaloux de ses prérogatives de génie du couple ? Refuse-t-il de reconnaître le moindre talent à son épouse ? Est-il seulement soucieux d’aider cette dernière à parfaire son travail ? Toujours est-il que lorsqu’il quitte la maison de repos, le manuscrit de ce qui deviendra le seul et unique roman de Zelda Fitzgerald, Accordez-moi cette valse, est profondément remanié. De cet épisode étrange de la vie d’un couple légendaire, Renaud Borderie fait une réflexion sur l’art, la folie, la passion et les liens qui les unissent et les séparent.

Vous le voyez, Renaud Borderie à une vie bien occupée. Et pourtant, il a encore trouvé le temps de se consacrer à une nouvelle aventure. Celle-ci, intitulée sobrement « 12995 ambarésiens et moi« , se penche sur la ville de résidence de notre héros du jour pour en faire le prototype d’une ville de banlieue métropolitaine, photographiant lieux et non lieux, recueillant les propos d’habitants, les sons d’ambiance. Tout ce matériau sera ensuite retravaillé pour être présenté sous la forme d’une installation, visible à Ambarès du 11 au 18 mai prochain et nous ne manquerons pas d’y aller faire un tour.

Mais le mois de mai est encore loin. Gageons que d’ici là, Renaud et ses complices auront encore imaginé de nouvelles aventures artistiques dont nous serons, une fois encore, les heureux spectateurs.

Voir toutes les actus