Un concert dans le salon

German Diaz, Concert chez l'habitant / Cenon Palmer / 10 mai 2011

Aquitanis et Musiques de nuit ont eu la gentillesse de nous convier à un concert de German Diaz, vielliste, qui se produisait dans le salon d’une habitante de Palmer. Récit d’une rencontre…

Si hier après midi vous m’aviez demandé à quoi pouvait bien ressembler un joueur de vielle à roue, j’aurais certainement évoqué un baba cool périgourdin pour qui le temps s’est arrêté en 1972 et la musique au revival folk. Et je me serai trompé. De beaucoup.

Heureusement pour moi (et pour vous par la même occasion), le Rocher de Palmer, le bailleur Aquitanis et l’ACSE ont mis sur pied un programme de concerts chez l’habitant qui créent d’improbables rencontres entre des musiciens et leur public dans un cadre beaucoup moins formel que celui d’une salle de concert puisqu’il s’agit généralement du salon de l’hôte du jour.

J’ai donc eu la chance d’être convié par Mandy et Guillaume, habitants de Palmer, à Cenon, à assister un concert de German Diaz, jeune vielliste espagnol, originaire de Galice – il vit à Saint-Jacques de Compostelle, et ardent défenseur de cet étrange instrument à mi chemin entre le violon, la guitare, l’orgue et la centrifugeuse à salade. Nos deux hôtes avaient bien fait les choses, conviant à l’événement quelques uns de leurs amis, proposant boissons et grignotages dans leur salon légèrement réaménagé pour l’occasion. Ils avaient également commandé une agréable brise de fin d’après midi, histoire de rafraîchir un peu cette fin de journée d’un printemps qui semblait avoir oublié la modération.

Outre ses interprétations virtuoses, le jeune vielliste s’est prêté au jeu avec un naturel désarmant, expliquant le fonctionnement de son instrument, détaillant avec humour sa passion pour les boîtes à musiques et autres engins à manivelle (qu’il utilise en concert), mettant même sa précieuse vielle sur les genoux de deux ou trois volontaires qui voulaient s’y essayer et faisant même contribuer Mandy, notre hôtesse, à l’interprétation d’une pièce. De ces échanges, nous avons appris, dans le désordre, que German Diaz menait simultanément plusieurs projets musicaux, qu’il confectionnait un chorizo de premier ordre, qu’il élevait des chapons en musique, que la vielle à roue (zanfona, en espagnol) avait connu son heure de gloire en tant qu’instrument de cour sous Louis XV et que c’était un instrument complexe fort difficile à accorder. Nous avons aussi appris que pour confidentiel que fut l’objet, son musicien était friand de rencontres et qu’il passait ce soir là un heureux moment. Pour tout vous dire, ce moment fut aussi heureux pour nous !

German Diaz était reçu par le Rocher de Palmer dans le cadre d’Otra memoria, une manifestation co-organisée par l’iddac, l’Instituto Cervantes, Musiques de nuit et Lettres du Monde. Il s’est produit à plusieurs reprises en compagnie de l’écrivain José Carlos Llop qu’il a accompagné dans ses lectures. Vous pouvez vous tenir informés de son actualité en visitant son site web ainsi que celui de son label, Producciones efimeras.

German Diaz © F. Fuentes

Voir toutes les actus