Babacar Cissé, les pieds sur terre

Babacar Cissé

D’Orphée aux Mix up battles, de Cenon à Montréal, Babacar Cissé exporte la french touch hip hop et partage sa passion pour la danse avec ses élèves cenonnais…

Vous vous souvenez de Sidney ? Non, pas la ville australienne, l’animateur de télé !

Dans les années 80, il présentait chaque dimanche une émission consacrée au Hip Hop. Et bien c’est en regardant Sydney et son H.I.P. H.O.P que Babacar Cissé a découvert la danse. Le chorégraphe, animateur de la compagnie Les Associés Crew rejoint son ami Hamid Ben Mahi dans le rang des danseurs de la galerie des portraits Rive Droite.

Retour en 84 où le jeune Babacar – il a 6 ans – découvre le Hip Hop devant sa télévision. Il vit alors à Bordeaux, au cœur du quartier Saint Pierre, à deux pas de la rue Sainte Catherine et – entraînement oblige – quitte parfois le living de ses parents pour les tapis de carton des premiers crews qui s’exercent en ville.

10 ans plus tard, on le retrouve aux côtés des pionniers du Hip Hop bordelais parmi lesquels Hamid Ben Mahi et Anthony Egea, s’entraînant sur les terrasses de Mériadeck. C’est d’ailleurs en compagnie de ces deux-là qu’il va professionnaliser sa pratique au sein des deux compagnies pionnières, Rêvolution et Hors-Série, tout en accédant à une audience nationale en dansant avec les légendaires Tribal Jam, menés par Joseph N’Tumba.

Cette période qui court du mitan des années 90 à 2006 lui permet donc de travailler intensément, de voyager et de se forger une culture de danseur nourrie de ses influences premières et des centaines de rencontres artistiques (danse contemporaine, opéra, musiques noires, …) que ses voyages ont permises. Toutefois, même s’il fricote avec les grandes pointures de la danse contemporaine (il est régulièrement interprète des créations du duo des enfants terribles de la chorégraphe Montaldo-Hervieu), Babacar Cissé n’oublie pas que sa danse est née de et dans la rue et maintient vivant ce lien qui l’unit aux quartiers : en enseignant et en animant avec ferveur des battles, régulièrement organisés, qui voient s’affronter très pacifiquement les meilleurs groupes nationaux, comme ce fut le cas dernièrement au Rocher de Palmer.

Depuis 2006, Babacar préside aux destinées de la compagnie Les Associes Crew, basée à Cenon. Cette structure, outre un cadre administratif bien utile par les temps qui courent, lui offre la possibilité de développer des projets personnels, de création ou d’enseignement. En 2006, Etre et renaître, sa première création, lui a valu un prix SACD qui encourage la jeune création et une invitation aux rencontres de la danse urbaine à La Villette. Depuis, les créations s’enchaînent dont la dernière, Le Syndrome de l’exilé, a été représentée partout en Europe avec succès et continue de faire connaître le chorégraphe et danseur. Cette pièce, centrée sur la thématique du voyage, de l’exil, décline les figures de l’abandon, de la découverte, de la solitude et de la rencontre ; parle de soi et d’ailleurs. Rien d’étonnant pour ce jeune homme d’origine sénégalaise qui a expérimenté de façon très concrète toutes les facettes du déracinement, qu’elles soient tristes ou heureuses.

Outre son activité de chorégraphe, Babacar développe depuis quelques années un enseignement qu’il dispense à la maison de quartier Georges Brassens en attendant de disposer de son propre lieu, ce qui lui permettra d’accueillir aussi bien ses élèves que les membres – permanents ou invités – de Les Associes Crew.

Quoi qu’il en soit, dans le secret des répétitions ou sous les lumières des salles, on verra bientôt les Associés et Babacar Cissé sur les tapis de danse de la Rive Droite.

Découvrez « Orphée » selon Montalvo/Hervieu au Théâtre de Chaillot


Un extrait du Syndrome de l’exilé, solo de Babacar Cissé

Le teaser du dernier Mix Up Battle IV au Rocher de Palmer

Prochains rendez-vous : vous pourrez découvrir ou retrouver Babacar Cissé dans Le Syndrome de l’exilé, le 18 novembre au Pôle Evasion d’Ambarès et Lagrave puis le 6 décembre à Orthez avant une tournée internationale qui débutera au printemps 2012.

A suivre…

Voir toutes les actus