A Lormont, une balade scientifique et numérique

Numérique et botanique avec Côté Sciences

A l’initiative de Côté Sciences, naturalistes et geeks se sont unis pour une expérience de promenade innovante et partagée.

Vous qui fréquentez régulièrement ce blog, vous le savez : nous aimons le Parc des coteaux et les nouvelles technologies. Hélas, nous n’avons pas très souvent l’occasion de réunir nos deux dadas. Hormis la biennale panOramas (dont la prochaine édition aura lieu les 29 et 30 septembre 2012) qui – entre autres actions – connecte arts numériques et loisirs en parcs urbains, les liens entre nature et numérique semblent a priori plutôt ténus. Pourtant, à l’initiative de Côté Sciences, l’antenne sciences et nature de Cap sciences installée depuis 2008 à Floirac, nous avons eu le plaisir de faire chauffer smartphones et appareils numériques pour une balade scientifique et numérique dans le très beau parc de l’Ermitage, fleuron lormontais du Parc des coteaux au biotope aussi riche que surprenant.

Les outils numériques s’affirment aujourd’hui comme de formidables vecteurs de partage d’expériences et de connaissances. C’est dans cette optique que côté sciences a décidé de mettre ces derniers à l’honneur dans le cadre de sa programmation de balades scientifiques.

Ce dimanche 26 février, 14:30, rendez-vous à Lormont, au château des Iris, pour un brief préliminaire d’une petite demie heure au cours duquel le public, essentiellement constitué d’habitués pas forcément très au fait des dernières nouveautés digitales, est initié aux usages du partage social, de l’image numérique et du géocatching. Pas beaucoup de réactions, on attend de voir…

Emmanuel Nagoua

Le beau temps est de la partie, la période glaciaire des semaines précédente n’est plus qu’un souvenir, et le soleil réchauffe la ferme des Iris et le parc de l’Ermitage attenant. Sous la conduite d’Emmanuel Nagoua, chargé de la valorisation du patrimoine naturel à Lormont, la balade commence par une visite au chêne pubescent bicentenaire, amoureusement protégé des ardeurs enfantines par une barrière de bois. On sort l’APN ou le smartphone et on commence à tout photographier, la fonction « commentaires » est activée et les participants notent avec application les explications distillées par notre guide du jour sur l’arbre et son environnement. Plus loin, l’expert glose sur les rapports, pas si conflictuels, qu’entretiennent un jeune chêne et l’imposant plan de lierre qu’il supporte, re-photos, re-notes…

Le chêne pubescent de la ferme des Iris

Voici maintenant l’entrée du parc de l’Ermitage et tout le monde s’arrête pour admirer et photographier les panoramas offerts par les belvédères disposés au sommet de la falaise calcaire. Au dessous de nous, l’étang du parc, plus loin la Garonne laisse admirer ses courbes et ses ponts – d’Aquitaine à droite, Bacalan-Bastide à gauche – nouvel arrêt du guide qui tient à nous présenter la rare Euphraise de Joubert, plante aux vertus médicinales reconnues, protégée. Quelques mètres plus loin c’est un vulgaire origan qui donne lieu à un joli cours sur les liens complexes qui unissent plantes et insectes. En effet, cette plante commune est le nid favori d’un papillon, l’azuré du serpolet, qui pond sur ses boutons floraux. Les œufs seront plus tard « adoptés » par des fourmis qui nourriront les larves… Magique !

Le pont Bacalan - Bastide vue de l'Ermitage

Nous sommes déjà au bas du coteau et Emmanuel Nagoua en profite pour se lancer dans une description du milieu humide, étang artificiel et marais naturel, de la géologie des falaises et de la gestion du parc. Des questions fusent, les réponses sont discutées. Et pendant ce temps, toujours des photos : des plantes, des arbres, de l’étang, de ses canards, des falaises…

16:30, retour au château des Iris pour la seconde partie : la restitution. Surprise, le public, au départ pas forcément très enthousiaste, est resté. Studieux, tout le monde écoute les explications des geeks de service sur le partage numérique, la plateforme de photographie Flickr et Everytrail, une application gratuite pour smartphones qui permet d’enregistrer la trace GPS d’un parcours et d’y ajouter images et commentaires. Les plus audacieux se rapprochent des animateurs et créent des comptes sur les plateformes, y téléchargent leurs images, consultent les itinéraires enregistrés, apprennent à partager tout ceci sur Facebook.

Balade numérique à l'Ermitage, le partage

Une petite heure plus tard, alors que le jour commence à se faire moins ardent, tout le monde se quitte, heureux de ses découvertes, botaniques ou numériques, non sans que les animateurs aient au préalable insisté sur les vertus scientifiques de ces partages numériques, qui permettent à nombre de sociétés savantes et de chercheurs de disposer de recensements, de comptages et d’informations diverses, produites par des amateurs. Les avantages de l’intelligence collective se démontrent par l’expérience, semble-t-il…

Le but de cet expérience était non seulement de démontrer les vertus des outils numériques dans le partage d’expériences mais également de créer l’embryon d’une communauté Rive Droite sur Flickr. Les comptes de partages resteront donc ouverts et les participants pourront y ajouter des images ou des traces au cours des mois, ou des années, qui viennent.

Pour découvrir les premiers résultats de cette initiative, vous pouvez consulter les images du groupe Flickr :

Et pour ceux qui voudraient refaire la balade, voici le lien vers le parcours sur Everytrail :

Une balade scientifique au parc de l’Ermitage, à Lormont (33)


EveryTrail – Find hiking trails in California and beyond

Voir toutes les actus