En parlant avec Isabelle, à Bassens

Isabelle-Kraiser

Isabelle Kraiser a partagé de longs moments d’échange avec les habitants du Moura – Prévert, à Bassens. Elle en a fait des images, des films et des souvenirs présentés mardi dernier aux habitants.

Vous aussi vous l’avez croisée, cette jeune femme blonde qui se promène dans le quartier Prévert avec son appareil photo ? Elle est souvent accompagnée d’une voisine ou d’un voisin avec qui elle discute. Vous voyez de qui il s’agit ? Oui ? Eh bien, c’était Isabelle Kraiser. Cette photographe, plasticienne et performeuse intervient depuis de nombreuses années à Bassens afin d’y recueillir la mémoire d’un quartier en plein changement, celui du Moura, devenu Prévert. L’idée était de transformer un exercice obligé de la rénovation urbaine en une commande artistique de qualité.

Mardi soir, il était temps de partager avec amis et témoins le résultat de cette longue quête d’images, d’impressions, de souvenirs et d’amitiés. Certains, présents à l’image ne s’étaient pas déplacés, d’autres étaient bien là pour se voir et s’entendre… Il y a des élus, des amis, des gâteaux apéritifs et de quoi se rafraîchir.

Sur l’écran défilent des images accompagnées des enregistrements des conversations de l’artiste et de ses modèles. Des confidences sur le temps qui a passé, sur la vie d’avant, celle d’aujourd’hui ; sur les paysages transformés, les lieux d’autrefois qui ne sont plus : tel bar aujourd’hui disparu, l’autre côté de la rue où les pavillons ont remplacé les vaches, les feuilles d’automne plus nombreuses par terre que sur les arbres, les jolies maisonnette de la RPA, les amis, ceux que l’on croise et qu’on salue… La vie quoi.

On entend rire, on entend les silences qui parlent des absents, les bruits de la rue.

Quand les lumières se rallument, on a la curieuse impression d’avoir vu un film au cinéma et de se retrouver au milieu des personnages. Après, ça discute. Les dames font des coquetteries, les messieurs s’amusent de bons mots. On précise quelques points d’histoire, on sourit. Isabelle Kraiser est aux anges, ses amis de Bassens aussi.

Pour ceux qui ne pouvaient pas être là, certains de ces petits films seront bientôt mis en lignes ainsi qu’un autre documentant une promenade dans le quartier. Nous nous ferons un plaisir de les partager dans ces pages.

Voir toutes les actus