Handicap ou pas cap' : en progrès

Handicap ou pas cap' 2013 - Blog Rive Droite

Les jeunes du foyer Autrement organisaient mercredi la deuxième édition de leur opération de sensibilisation et tiraient un bilan optimiste de la précédente.

Du vilain temps mais du beau monde hier sur le tout nouveau parvis de la Mairie de Cenon. C’était en effet là que débutait l’opération Handicap ou pas cap’ destinée à sensibiliser les habitants aux problèmes de mobilité que rencontrent les personnes handicapées dans l’espace urbain.

Sur le parvis, donc, quelques fauteuils roulants mis à disposition par le foyer Autrement qui héberge des personnes à mobilité réduite ; fauteuils dans lesquels sont invités à s’installer des élus de la commune qui vont devoir accomplir un mini gymkana. Descendre un trottoir, traverser une rue, escalader le trottoir d’en face, poursuivre jusqu’au bus adapté nouvelle génération amené là par Kéolis, le trajet est relativement aisé, puisque l’aménagement du parvis est tout récent et à pris en compte les avis de la commission mobilité présidée par Fabrice Moretti qui anime cet après midi.

Le bus donc, dans lequel nous nous entassons tant bien que mal puisque il n’y a que deux places aménagées pour accueillir des fauteuils – contre une seule auparavant. Le chauffeur en explique le mode d’emploi, vantant la facilité d’accès offerte par la rampe motorisée dépliable qui rend la montée plus aisée.

40%

Ensuite vient le temps des échanges dans la salle du conseil municipal où, tour à tour, éducateurs sportifs, conseillers d’insertion, artistes et habitants. De ces discussions il ressort un chiffre choc. D’ici quelques années, ce sont près de 40 % des habitants des villes qui rencontreront des problèmes de déplacement. En effet, les personnes en fauteuil roulant, électriques ou pas, ne sont pas les seules à rencontrer des difficultés à se déplacer. Les déficients visuels ou auditifs, les personnes âgées, les blessés circulant à l’aide de cannes anglaises, les parents à poussettes connaissent eux aussi des soucis lorsqu’il s’agit de traverser les espaces urbains souvent encombrés de poubelles ou autres containers à déchets, des voitures stationnant sur les trottoirs, d’aménagements urbains mal conçus ou dégradés. Pour mémoire, lors de l’édition 2012 de Handicap ou pas cap’, nous avions rencontrés les pires difficultés à traverser une rue à cause d’un minuscule trou dans le goudron dans lequel s’était coincé la roue de notre fauteuil…

Pour les Cenonnais, le grand plan de mise en conformité des accès aux bâtiments publics pour 2015 semble facilement tenable, dixit Fabrice Moretti. Le challenge réside plutôt dans la mobilisation des acteurs (institutions, collectivités et habitants) afin de rendre la vie des ville plus belle aux personnes à mobilité réduite. Mais les raisons d’espérer et les beaux exemples sont nombreux,si l’on en croit ces témoignages qui vantent la disponibilité et la sollicitude dont font preuves les voisins ou les passants lorsque survient une difficulté imprévue.

On se souviendra aussi du témoignage de cet éducateur sportif qui a vu un groupe de handicapés s’intégrer avec bonheur dans la vie de son club, partageant les entraînements avec des sportifs valides, chacun se rendant disponibles aux autres afin que tout le monde profite d’une pratique facilitée.

L’enfer urbain n’est donc pas une fatalité, que l’on soit dépendant ou non. Pour les personnes en situation de handicap comme pour les valides, tout est question d’écoute, de participation et de mobilisation. Et ça, visiblement, à Cenon on sait faire.


Handicap ou Pas Cap 2012  par Ville_Cenon

Voir toutes les actus