Akitania.eus, un mois basque au Rocher de Palmer

Herri Ixilean - Au coeur du Pays silencieux - © Jon Cazenave

Au Rocher de Palmer, le mois de mars sera basque. Le grand lieu d’acceuil des musiques du monde ouvre ses portes à l’Institut Culturel Basque pour une carte blanche : Akitania.eus

Un mois et quatre événement suffiront-ils à faire découvrir au public bordelais les richesses de la culture basque contemporaine ? On peut en douter tant l’éventail des entrées possibles dans ce monde vivant de la « basquitude » d’aujourd’hui est vaste. Mais la porte de la musique est un des accès privilégiés aux cultures du monde. Alors profitons-en.

Les liens entre le Rocher de Palmer et la musique basque sont ancien, comme aime à le rappeler Patrick Duval, son directeur, qui égrène les actions organisées par Musiques de nuit ou le Rocher depuis une quinzaine d’années. De Beñat Achiary, régulièrement reçu sur la Rive Droite, au groupe Oreka qui y a animé une très belle parade du Carnaval des 2 Rives, nombreux sont en effet les artistes venus des Pyrénées à s’être produits ici. Reste que ces têtes d’affiches sont loin de représenter à elle seules la vitalité de la création artistique en Euzaki. Le très basque Pantxoa Etchegoin, directeur de l’Institut Culturel Basque s’est donc attelé à la tâche de constituer une programmation qui reflète cette créativité.

Cette programmation se déploie en quatre moments, deux concerts, une conférence/dîner et une exposition de photographies, qui rythmeront la programmation du Rocher.

Mardi 4 mars 2014 à 19:30 – Concert gratuit – Trio Philippe de Ezcurra, Vanessa Ugarte, Kattalin Indaburu

Des chants basques d’hier et d’aujourd’hui, avec l’accordéoniste Philippe de Ezcurra, la violoniste Vanessa Ugarte (qui remplace Marina Beheretche, malade) et la chanteuse Kattalin Indaburu.

L’entrée est gratuite mais la réservation conseillée, au 05 56 74 80 00

Samedi 15 mars à 20:30 – Concert Hinka / Otxote Ertizka

Pétris de culture traditionnelle, les musiciens du groupe Hinka n’oublient pas qu’ils sont jeunes et vient au XXIeme siècle. Ce sont donc des chants basques revus et corrigés, essentiellement axés autour des femmes, qui constituent leur répertoire actuel.

L’Otxtote est une formation traditionnelle dans le chant basque. Ce choeur d’homme, constitué comme on peut le deviner de huit chanteurs, peut à l’occasion s’augmenter de voix additionnelles. Originellement tourné vers le répertoire traditionnel, l’Otxote Ertizka propose un répertoire qui va du chant basque à Mozart en passant par les chants sacrés. Voix profondes et sonores qui vont, c’est sûr, enchanter la salle 650 du Rocher.

Du 4 mars au 29 mars, exposition photographique de Jon Cazenave, « Herri ixilean » (Au cœur du pays silencieux).

Venu du Pays basque sud, Jon Cazenave a parcouru le Béarn et les province de Soule, de Basse Navarre et du Labourd à la recherche de traces laissées par le nom « Cazenave ». En trente images, cette exposition relate son parcours, pédestre et silencieux, fait de paysages et de rencontres qui ont permis à ce béarnais d’origine de se sentir basque, et à ce basque de se sentir également béarnais (pas une mince affaire, ces traits d’union…).

Samedi 29 mars, conférence et dîner autour du chant basque, par Pantxoa Etchegoin, directeur de l’Institut Culturel Basque.

(L’accès à la conférence est gratuit – Dîner inspiré de la cuisine basque, à la Brasserie Ze Rock : 20 € sur réservation au 05 56 74 80 00)

Pour terminer ce mois basque en beauté, après tant de découvertes, Pantxoa Etchegoin propose un voyage musical au cœur des différentes traditions du chant basque et de leurs avatars contemporains. Entre pratique artistique, lien social et générationnel et trace historique, une bonne occasion de mieux comprendre l’histoire de cet art si singulier, si propre à la tradition basque et son devenir contemporain.

Renseignements / réservations au Rocher de Palmer / 05 56 74 80 00

L’illustration de cet article est tirée du livre Herri ixilean (au coeur du pays silencieux) de Jon Cazenave – DR

Voir toutes les actus