[GPV] datascape 2015

Cartographier la ville de Bassens en partant de données objectives ou sensibles. Tel est le défi lancé aux étudiants-paysagistes de 2ème année de l’école nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux par Hélène Soulier, maître-assistant en géographie et paysage.

« Récemment apparu dans le discours architectural, le mot datascape est probablement une contraction de data (données) et landscape (paysage) et renvoie à l’idée d’un univers de données qui se déploie devant les yeux ». Le datascaping consiste à « représenter la complexité de la ville à l’aide de l’informatique en utilisant la puissance de calcul de l’ordinateur pour organiser les informations », voire « les gérer en temps réel ». (Définitions d’après Enrico Chapel)

Hélène Soulier souhaitait donc proposer à ses étudiants un atelier de mise en pratique du datascaping, appliqué à un territoire proche. Le conseil départemental de la Gironde s’est très vite associé au projet, au titre de sa politique du Paysage et de sa politique d’innovation numérique. Puis le Grand Projet des Villes Rive Droite, parce qu’il déploie depuis plusieurs années des liens entre paysage et numérique (panoramas, la biennale du parc des coteaux mais aussi habitantslieuxmemoires.fr, la plateforme de documentation du territoire) a été approché pour trouver un territoire d’expérimentation.

Cartographier Bassens

La ville de Bassens a été choisie pour deux raisons principales : son projet numérique de territoire et ses 4 arobases « ville internet », mais aussi sa qualité de ville d’accueil de la Nuit Verte lors de la prochaine biennale panOramas en 2016.

Dès le mois d’octobre 2015, la trentaine d’étudiants impliqués ont entamé un travail de prospection. Visites sur le terrain, entretiens avec des habitants, études de documents publics, recherche ou production de données ouvertes leur ont permis de finaliser une première série de cartes géographiques sur des sujets aussi divers que les bancs publics, les friches, les pollens, l’éclairage urbain, le bruit, etc.

Le rendu intermédiaire de leurs travaux s’est déroulé le 24 novembre dernier en présence des étudiants de l’école du numérique WIS, associée au projet. L’après-midi même étudiants en paysage et étudiants en numérique ont planché ensemble pour commencer à développer les traces numériques de ce travail de cartographie.

Le rendu final de l’atelier [GPV] Datascape est programmé pour janvier 2016 et donnera lieu à de nouvelles ressources disponibles sur la plateforme Habitants, Lieux, Mémoires. Les étudiants tenteront également, sur la base de ce travail, de produire un dispositif numérique pour la Nuit Verte de panoramas 2016 (24 & 25 septembre).

Affaire à suivre !

Contact GPV : Hugues de Domingo – animateur plateforme Habitants Lieux Mémoires – hdedomingo@surlarivedroite.f

 

A découvrir sur habitantslieuxmemoires.fr

  • album photos « La Rive Droite (Lormont) en 1974 » : Jean-Pierre C., contributeur régulier des « explos photos » de l’association bassenaise L’Esperluette a partagé un album photographiques des années 70.
  • Les américains à Bassens (1917-1919): article d’après le récit de Bernard Vallier, président de l’association Histoire et Patrimoine.

 

Habitants lieux mémoires est notre récit collectif : lisez, commentez, contribuez, partagez !

Voir toutes les actus