Le Grand Projet des Villes

Un grand projet de ville « GPV » est un projet de développement social et urbain visant à réinsérer un ou plusieurs quartiers dans la dynamique de développement de leur agglomération.

Cet outil, créé par la loi d’orientation pour l’aménagement et le développement durable du territoire de 1999, vient renforcer le projet socio-économique porté en faveur des quartiers les plus en difficulté, dans le cadre de la politique de la ville.

Par la mise en œuvre de vastes opérations de renouvellement urbain, les GPV ont pour objectif de transformer durablement l’image de ces quartiers et leur statut au sein de leur agglomération. 50 sites en France ont été labellisés grand projet de ville au début des années 2000.

Le GPV Rive Droite

Labellisé par l’État en 2001, sous le nom de « Grand Projet des Villes des Hauts-de-Garonne », le GPV de la Rive Droite a pour spécificité d’être intercommunal.

Il s’inscrit sur le territoire des villes de Bassens, Lormont, Cenon et Floirac. Des villes liées par la géographie et l’histoire, qui ont tissé des liens de solidarité depuis de longues années.
Le grand projet des villes se décline autour de 4 axes majeurs :

  • Le renouvellement urbain. Axe qui sera renforcé dès 2003 par la loi Borloo et la création de l’Agence Nationale de la Rénovation Urbaine (ANRU), puis élargi quelques années plus tard à d’autres types d’opération urbaine.
  • Les politiques d’accompagnement en termes d’économie et d’emploi, d’éducation, de culture, de lutte contre les discriminations. Un axe qui comprend un volet équipements et un volet actions et médiation.
  • La revalorisation de l’image de la Rive Droite, depuis trop longtemps marginalisée, mobilise les acteurs et les habitants avec le lancement du label Rive Droite en 2009.
  • Le développement du parc des Coteaux, atout majeur du territoire, révélé dès les premières années de création du GPV.

Projet de territoire complet, faisant appel à l’ensemble des acteurs et partenaires du territoire, il fait régulièrement l’objet de bilans partagés et de réécritures, au vu de l’évolution des besoins du territoire, des politiques publiques, des stratégies métropolitaines, régionales, nationales et européennes.