Rénovation urbaine 2014-2024

Fin 2014, le Ministère de la Ville publiait une liste de 255 premiers quartiers qui bénéficieraient des 5 milliards d’euros mobilisés pour le nouveau programme national 2014-2024 pour la rénovation urbaine1. Cette liste distinguait les quartiers dits d’intérêt national, des quartiers dits d’intérêt régional.

Les 200 quartiers dits d’intérêt national ont été sélectionnés par le Ministère de la Ville en tenant compte notamment de l’état et de la diversité du parc d’habitat, de la disponibilité foncière, de la mixité des activités, de l’ouverture du quartier et de ses accès aux transports, de la qualité urbaine… Concernant les quartiers d’intérêt régional, s’il revient à chaque Région, dans le cadre de la négociation des contrats de plan Etat-Région, d’établir la liste des quartiers retenus, l’Etat a toutefois tenu à signaler 55 quartiers qui devront obligatoirement figurer dans cette liste et sur lesquels les investissements devront être majeurs. L’ANRU a accordé à l’Aquitaine pour la rénovation urbaine de ces quartiers une enveloppe de 27 millions d’euros. En Aquitaine, la Région a fait le choix de laisser à Bordeaux métropole, qui exerce depuis le 1er janvier 2015 la compétence de Politique de la Ville, le soin d’établir la liste des quartiers métropolitains à inscrire sur la liste régionale.

1Pour mémoire, le premier programme 2003-2015 concernait 490 quartiers pour un investissement de 12 milliards d’euros.

La Rive Droite en première ligne

Un des deux périmètres aquitains inscrits par arrêté du 25 avril 2015 sur la liste des quartiers d’intérêt national est situé dans la métropole bordelaise. Il s’agit du site Joliot-Curie, du nom du boulevard auquel s’accrochent les 4 quartiers concernés par l’opération urbaine : la Benauge à Bordeaux, Henri-Sellier et Léo Lagrange à Cenon et Jean-Jaurès à Floirac, curieusement « oublié » dans l’arrêté du 25 avril.

La Rive Droite, en plus du site Joliot-Curie, compte un site d’intérêt régional signalé comme prioritaire par l’ANRU, site qui regroupe les quartiers Dravemont (Floirac), La Saraillère et Palmer (Cenon). Deux autres quartiers seront inscrits dans le protocole de préfiguration au titre des sites d’intérêt régional : le quartier de l’Avenir à Bassens et le quartier Carriet-intermédiaire à Lormont.

Du protocole aux conventions

Les sites de rénovation urbaine étant arrêtés, s’est engagée au printemps 2015 une période de travail partenarial, piloté par Bordeaux Métropole et accompagné par les services de l’Etat, afin d’aboutir à la signature des conventions qui permettront de lancer les opérations en 2017.

La première étape consiste à rédiger le protocole de préfiguration qui doit répondre aux objectifs du contrat de ville. Il comporte une mise en perspective du développement de ces quartiers dans le projet global de la métropole et un détail par site du programme d’études et des moyens qui permettront de lancer les phases opérationnelles. Ce protocole sera présenté par les élus au comité d’engagement partenarial de l’ANRU courant 2016. Une fois le protocole approuvé, une année de travail supplémentaire sera nécessaire avant la signature des conventions pluriannuelles de renouvellement urbain. Ces conventions, établies pour chaque site, déterminent les conditions de mise en œuvre opérationnelle de chaque projet.